Aujourd'hui, je suis tout seul. Je passe par le

point d'obs puis suit la crête qui descend. La

pente est raide, je prends mon temps. Je trouve finalement un poste moins raide que les autres. Une heure après mon arrivée, j'aperçois un aigle en vol sous le perchoir principal se dirigeant vers moi. Il pompe un peu et attaque soudain une série de 3 ou 4 festons juste au-dessus de moi. Quelques photos puis l'oiseau disparaît. J'essaie de comprendre le pourquoi d'une telle réaction. Je suis toujours à plus de 500 mètres de

Pendant le feston, l'aigle fait les montagnes russes. Ici en descente, les ailes plaquées contre le corps, c'est une véritable balle de fusil lancée à plus de 160 km/h
l'aire occupée et je ne représente aucun danger. C'est en rechargeant l'appareil avec une pellicule vierge que je réalise que je suis situé en face d'une aire inoccupée qui doit faire partie de la bulle incompressible de territorialité des oiseaux. Les démonstrations de haute voltige du rapace ne sont que le reflet de cet attachement à un territoire. La suite de la journée n'est marquée d'aucun fait particulier. La femelle couve toujours, le mâle fait de nombreux passages mais ne semble pas ramener de proies. Je quitte le site vers 15H00, après avoir essuyé un bel orage.
11 mai
Suite au 25 mai